La technologie a modifié les méthodes de travail du DJ ou disc-jockey (platiniste)

Rappel des principales méthodes de Mix d’un DJ:

Les avancées technologiques ont révolutionné le monde du dijing et du disc jockey en général (mot souvent abrégé en DJ, on prononce “didjay”).

Le scratch: utilisation d’un Fader ou Crossfader pour découper le son enregistré sur le vinyle, de manière à le transformer et à le rendre plus rythmé et/ou incisif.
Le fondu enchaîné: la fin d’un morceau de musique est mélangée avec le début du morceau suivant de manière à assurer une transition progressive.
Le calage au tempo: les rythmiques des deux disques sont superposées pour adopter le même temps ou BPM.
Le mixage: les morceaux sont synchronisés manuellement à l’aide des réglages de vitesse des platines et sont mélangés avec diverses variations, portant notamment sur les égalisations (niveau des fréquences graves, médium et aiguës), ainsi que sur l’utilisation des Faders et Crossfaders.
Les morceaux peuvent être enchaînés de plusieurs façons :
– En scratchant (principalement utilisé en Hip-Hop et en Rap) ;
– En mélangeant (mixant) progressivement les deux titres : on appelle alors cela un fondu-enchaîné (fade ou cross-fading);
– En mélangeant (mixant) progressivement deux titres ou morceaux, et en calant le tempo du premier morceau (en réglant sa vitesse, on parle également de « pitch ») sur le second morceau.
– En jouant le deuxième titre juste après le premier (un cut). En fait, le premier battement du deuxième titre (premier beat) est joué en même temps que le dernier beat du premier.

Les avancés technologiques ont permis d’évoluer:

Aujourd’hui encore quelques DJ mixent avec des disques vinyles, mais le format numérique a provoqué une vraie révolution dans la profession. Ce format est de plus en plus souvent employé par les plus grands DJ internationaux. En effet, même s’il est considéré que mixer sur un disque vinyle est plus agréable par le toucher et les «sensations» qu’il procure, il ne faut pas oublier qu’un disque vinyle (maxi) ne contient généralement qu’un seul titre (long play). Pour un DJ qui se déplace beaucoup avec sa propre playlist ou son set sous le bras, transporter un trop grand nombre de disques est fatiguant, cela est peu pratique et parfois un peu risqué. Les prix d’un disque vinyle est plus élevé que le prix d’un morceau en téléchargement, et les magasins spécialisés sont de plus en plus rares.

LIRE AUSSI CET ARTICLE :  Jingles, annonces musicales et effets sonores

L’arrivée de nouvelles platines CD a permis de remédier à ces problèmes en proposant par exemple la lecture de CD au format mp3 ce qui permet de transporter des milliers de titres dans un simple classeur à CD, un disque dur ou une simple clef USB. De plus, ces lecteurs CD proposent de nombreuses fonctions ou effets qui n’existent pas sur les platines vinyles platines comme les loops ou CUE points (hot cue..), boucles etc..

Ces fonctions sont mémorisables sur une carte mémoire (type carte SD) que le DJ peut donc amener très facilement avec lui dans les différents endroits où il mixe et retrouver les repères préparés à l’avance chez lui. Le DJ peut désormais télécharger des morceaux à peine disponibles sur le marché (exclus, primeur..), il perd moins de temps à choisir, le choix musical et plus vaste et varié qu’autrefois, un titre est disponible en téléchargement beaucoup plus rapidement qu’autrefois.

De plus en plus de DJ utilisent également des effets dans leurs sets avec l’utilisateur de samplers, boites a effets etc. Le DJ a dépassé le fait de passer des disques sur des platines et d’enchaîner les morceaux. Il utilise désormais le digital, le numérique ( format audio stéréo avec une résolution de 16 bits et une fréquence d’échantillonage de 44kHz). Il utilise l’informatique, les fichiers audio-numériques (mp3, wav..). On parle désormais de DJ producteur car de nombreux DJ se concentrent désormais davantage sur une activité de production  musicale, beaucoup plus rémunèratrice. La production musicale permet de toucher un plus large public grâce aux médias et aux prestations en public, l’activité de production musicale est ainsi devenue incontournable au fil des ans.

Les DJ pro-vinyles et pro-technologies doivent cohabiter et se respecter. La façon de mixer a changé, elle a évolué. Il ne faut pas rejeter les nouvelles technologies mais au contraire profiter des avancées technologiques qui permettent d’évoluer.

La technologie a modifié les méthodes de travail du DJ ou disc-jockey (platiniste) Note : ★★★★☆ 4.4 based on 7 reviews
5 1
  • jsb

    Il est déraisonnable de s’abstenir de toute critique à l’égard de la technique. Ou va t’on s’arreter, c’est plutot inquietant il me semble. Toutes ces machines (ordinateurs, machines..) contribuent a supprimer des emplois et remplacent au fur et a mesure l’homme. LA machine fait tout le travail de l’humain qui ne sert plus a grand chose!

  • hmm…?

    thanks good topic related to the theme