audacity_light

DJ, Production et Home studio (informatique)

L’utilisation d’un « home studio » (petit studio d’enregistrement et de mixage) est indispensable pour le DJ qui souhaite produire et/ou réaliser des compilations (mix). L’outil informatique (matériel et logiciels) est largement employé dans la production musicale, on parle alors de M.A.O ou plus précisément de musique assistée par ordinateur.

La musique assistée par ordinateur (MAO) regroupe l’ensemble du matériel informatique et des logiciels comme « instruments » associés à la création musicale.

On peut classer les logiciels de MAO dans plusieurs grandes catégories:

– Les séquenceurs qui utilisent la norme MIDI. Le MIDI est un protocole de communication permettant la transmission de données musicales. En MAO, ce système permet de piloter des synthétiseurs virtuels à l’aide d’un clavier maître clavier ou d’un logiciel séquenceur. Les séquenceurs permettent d’automatiser ou bien de paramétrer des synthétiseurs ainsi que de contrôler tous les appareils avec lesquels ils sont reliés virtuellement et physiquement (câblages, adresse IP, carte audio, table de mixage, jeux de lumière etc..). Un séquenceur peut être sous une forme matérielle (disque dur, cartes mémoires..) ou logicielle (interagir au travers de leur interface MIDI). Dans ce cas, les séquenceurs sont facilement reconnaissables car ils se présentent sous la forme d’une grille (appelée «piano roll» ou «éditeur matriciel»), représentant une série d’ instructions MIDI : les notes jouées, à quel moment elles sont jouées, leur longueur, le tempo du morceau, etc..

A l’aide de la souris du PC, l’utilisateur pose des petits rectangles de différentes longueurs dans les cases. Il peut se repérer grâce à une représentation de clavier placée à gauche de la grille. Chaque piste représente un instrument ayant sa propre suite de séquences. Le tout peut former un véritable petit orchestre. Un séquenceur est capable d’enregistrer ou de mémoriser (pas à pas ou en temps réel), d’éditer (copier, coller, modifier) puis de transporter des instructions ou des données contrôlant des instruments de musique électroniques (lecture, enregistrement, tempo, chargement, sauvegarde..). Il existe de nombreux séquenceurs (marques) sur le marché, certains logiciels sont plutôt orientés vers la post-production (audiovisuel et mixage) et d’autres vers la composition musicale (pour les compositeurs). En gros, on privilégie davantage la partie MIDI ou bien plutôt la partie audio. Concernant la partie composition musicale, les séquenceurs les plus connus et réputés dans le milieu pro DJ sont: Ableton Live, Apple Logic Pro (pour Mac), Cubase, Studio One Presonus etc..

 

 – Les synthétiseurs, workstation ou expandeurs sont des instruments de musique capables de créer, générer et de manipuler des sons électroniquement (générateurs de son). L’interface d’un synthétiseur n’est pas obligatoirement un clavier, cela peut être également un logiciel informatique (instruments virtuels ou VSTi, i pour instruments) simulant numériquement un son. Ces logiciels occupent une place de plus en plus importante sur le marché. Il existe de très nombreux VSTi instumentaux acoustiques: à synthèse (modélisation), des VSTi de batterie (séquenceur), des VSTi sampleurs ou d’échantillonnage (reconstitution d’un instrument à partir d’une note ou d’échantillons: photographie de la sonorité), des VSTi généralistes qui jouent plusieurs sons en même temps.

– Les instruments de musiques assistés par ordinateur (IMAO) qui vont  assister le musicien dans l’interprétation d’une partition, ou encore dans l’improvisation. L’IMAO permet à n’importe qui d’aborder l’interprétation musicale avec peu de connaissance musicale théorique, elle permet aussi à un instrumentiste d’accompagner des chanteurs ou d’autres instrumentistes par exemple, ou encore d’improviser un accompagnement.. Comme l’IMAO n’assiste par définition que la hauteur du son, tous les instruments électroniques qui fournissent une rythmique « a priori » ne peuvent être classés dans cette catégorie. Un séquenceur, un arrangeur-accompagnateur, une boite à rythme, une piste audio.., ne font donc pas partie de l’IMAO car il ne peut y avoir de dialogue musical entre les autres instrumentistes et la rythmique imposée par la machine.

LIRE AUSSI CET ARTICLE :  L’illustration sonore (sound designer) pour mettre en valeur un contenu visuel

– Les trackers qui sont des séquenceurs utilisant des sons échantillonnés et qui restituent à l’identique un morceau ou un extrait. Ils permettent d’arranger progressivement des échantillons sonores sur une grille de temps à travers plusieurs pistes monophoniques (diffusées sur un seul canal). Un morceau complet est composé de plusieurs multipistes chaînées ensemble. Certains logiciels démocratisent ainsi la création musicale en proposant tous les outils qui permettent à un simple utilisateur de créer ses propres morceaux, simplement en faisant glisser des samples sur une grille.

– Les logiciels d’enregistrement audio ou d’éditeur fichiers sonores; magnétophones numériques, studios multipistes, consoles de mixage. Ces logiciels sont très nombreux sur le marché et ils permettent d’enregistrer, de sauvegarder ou de lire des sons, des voix, des lignes téléphoniques, des stations de radio, d’enregistrer depuis des régies etc.. Certains logiciels sont libres et proposés en open-source (gratuits) tel Audacity qui est un des logiciels parmi les plus utilisés pour l’édition et l’enregistrement audio. Audacity est disponible pour la plupart des systèmes d’exploitation (Mac, Windows, Linux..).

– Les logiciels d’édition et de notation musicale (éditeurs de partitions ou de tablatures) qui permettent de produire des documents imprimés pour utilisation par des musiciens. Même si de plus en plus de séquenceurs disposent d’éditeurs de partitions, il existe de nombreux produits qui proposent uniquement de cette fonctionnalité et permettent d’aller plus loin. Certains logiciels privilégient l’approche graphique, d’autres la liberté donnée à l’utilisateur, d’autres encore possèdent une interface MIDI (on pourra éditer etc..). Certains de ces logiciels ont  le défaut d’être trop autonomes et de tout vouloir contrôler, ils évaluent ce que veut faire l’utilisateur, et corrigent par eux même la partition, ou déplacent toute une mesure quand on déplace une note, ou détecte des erreurs dans la partition alors que le compositeur a laisser libre cours à son imagination..
A ce niveau la décision du choix du logiciel adapté est délicate, soit préférer les logiciels qui traite la partition comme un vulgaire dessin et qui laisse donc une liberté totale à l’utilisateur, soit choisir des logiciels très évolués et qui vont décider des actions, à la place de l’utilisateur.

 

– Les plugins ou plug-in que l’on associe aux logiciels d’enregistrement audio, car ils permettent diverses modifications d’un signal audio numérisé, soit en modélisant un effet (analogique) existant, soit par des algorithmes originaux. Il existe deux grands types de plug-in audios, les plugins d’effets (transformation d’un signal sonore) et les plugins d’instruments (création et restitution de sons). Il existe un immense catalogue de plugins (certains plugins synthés-leads, effets ou basses sont même classés par popularité sur certaines revues professionnelles), il conviendra de prendre bien soin de respecter les normes communes. En effet, il existe autant de normes plugins que de logiciels hôtes car la concurrence est féroce entre les sociétés qui commercialisent ce type de produits. Les normes « Plug-in » les plus communes sont: LADSPA, VST, MAS, AU, AS, TDM etc.. Néanmoins il existe désormais des « suites logicielles » ou logiciels proposant l’intégration des principales normes plugins (solutions tout en un).

Cubase propose 41 plugins

Pour commencer la production musicale en Home studio, il n’est pas nécessaire d’acheter de nombreux équipements ou du matériel très coûteux (studios d’enregistrements). La bonne connaissance de l’informatique et des logiciels est néanmoins un atout non négligeable. Avec un ordinateur disposant d’une très bonne configuration (stable) et seulement quelques logiciels et/ou bons plugins, on peut commencer à faire des choses très intéressantes (ne pas négliger de choisir une très bonne carte son). Par ailleurs, il vaut mieux avoir peu de matériel et de logiciels et les exploiter au maximum plutôt que de se perdre dans la jungle des séquenceurs, plugins ou autres. De nombreux DJ producteurs utilisent des logiciels complets du type: Logic Audio, Cubase, Ableton live ou suite etc..

DJ, Production et Home studio (informatique) Note : ★★★★☆ 4.4 based on 7 reviews
5 1
  • Frédéric

    Trés instructif !
    Je connais un peu FL studio, avec les effets intégrés et les vst, c’est déja une bonne base pour créer sa musique…passé l’effet « usine à gaz » ;).

    Bonne continuation.

  • Monex

    Laugmentation constante de la puissance des ordinateurs favorise larrivee de logiciels offrant toujours plus de fonctionnalites et dans le meme temps apparaissent des logiciels libres ou gratuits qui repondent aux besoins les plus courants..Internet participe egalement au developpement de la MAO par lintermediaire par exemple des sites qui proposent des formations musicales a distance mettent a disposition des echantillons sonores ou diffusent sous forme electronique des partitions de musique tombee dans le domaine public ainsi que grace a tous les forums specialises sur la musique…… .Les logiciels dedies aux activites musicales repondent a un tres large spectre dutilisations et couvrent pratiquement toute la chaine de creation musicale. .Les logiciels les plus courants integrent des fonctionnalites qui recouvrent la notation musicale lenregistrement du son y compris sa modification et la restitution sonore.

  • enosch

    g recherche un programme de création de instrumental
    Dj MERDI