les effets audio numériques

Utiliser un effet audio numérique lors d’un DJ Set, un enchaînement audio ou le Mix DJ

Cet article aborde brièvement les effets sonores qui sont produits par les techniques spécifiques de scratch (scratching). Cette technique appelée aussi « turntablism » consiste à modifier manuellement la vitesse de lecture d’un disque vinyle, alternativement d’avant en arrière, de façon à obtenir un effet sonore particulier.

En plus de la manipulation du vinyle, une modification du volume (augmentation, réduction ou coupure du son) permet de donner un rythme à la modulation. La main posée sur le vinyle contrôle la hauteur du son (aigu, médium ou grave), alors que la main posée sur le crossfader de la table de mixage contrôle le rythme du son. On peut ainsi agir sur le beat (tempo) du morceau, un son spécifique. Il existe une multitude de techniques différentes de scratching et elles sont surtout utilisées par les DJ spécialisés dans le style musical hip-hop ou bien le rap.

les effets audio numériques Les effets audio appliqués par un DJ au cours d’un mix entre deux morceaux peuvent être générés de différentes manières suivant le type de matériel utilisé par le disc-jockey: MAO ou solution logicielle, plug-in audio et banque de sons, platines numériques, tables de mixage ou de remixage (RMX), les contrôleurs MIDI externes, les réglages sono, etc…

Quel que soit l’équipement dont le DJ dispose sur place ou en studio, il est primordial de rappeler qu’il convient de ne jamais abuser du traitement des échantillons pour modifier la nature du timbre des morceaux car celui nuit au final à l’effet recherché.

En effet, certains logiciels permettent d’appliquer et de combiner entre eux de multiples effets audio numériques. Un abus dans l’utilisation de tous ces effets disponibles ou du traitement audio en général (la source audio) est nuisible. Les morceaux joués au cours d’un DJ set ou d’un enchaînement audio peuvent être dénaturés du fait de l’inopportunité de l’utilisation d’un effet audionumérique inapproprié, ou de l’abus des jingles, ou encore d’une fréquence d’utilisation inadaptée: en d’autres termes d’un usage abusif, inopportun, ou parfois techniquement raté (complexité).

Ce qui est à redouter c’est la monotonie ou la lassitude que peut avoir l’auditeur ou le public pour des effets qui n’apportent rien du tout d’un point de vue artistique, par rapport à la version originale peaufinée en production et donc forcément très « aboutie » dés la sortie du morceau. L’assistance pensera automatiquement que le DJ manque de créativité ou de professionnalisme, il peut même y avoir au final un certain agacement de la part de l’auditoire qui peut considérer que l’on saborde son morceau préféré.

Dans un autre domaine, on a tous à l’esprit les coupures fréquentes et impromptues (jingles personnalisés, annonces, publicités) qui sont parfois omniprésentes lors de la diffusion des musiques sur certaines ondes radio.

A contrario, de subtiles effets audio utilisés au bon moment et avec parcimonie peuvent apporter au morceau joué un réel plus (amélioration) et une touche personnelle au set. Et ce, d’autant plus que l’on peut parfois combiner plusieurs effets entre eux pour un meilleur « rendu » au final. Encore faut-il savoir déterminer judicieusement le moment le plus opportun pour appliquer les effets et choisir les bons effets c’est à dire en symbiose avec le morceau diffusé afin d’en tirer un rendu sonore inédit ou original.

Comme nous venons de le voir, il existe une multitude d’effets audio. A cela, peuvent s’ajouter les effets (audio numérique) réalisés en post-production et qui ne sont possibles pour l’instant qu’en studio (écho inversé, etc..). Les effets dynamiques qui ont une action sur la dynamique sonore du signal. Les effets temporels qui sont basés sur le retardement du signal. Les effets de filtres qui se basent sur un filtrage fréquentiel des signaux (passe-bas, passe-haut, passe-bande, coupe-bande). Les effets de type distorsion qui permettent de changer le caractère du son et peuvent être dosés de manière variables pour obtenir des résultats différents.

LIRE AUSSI CET ARTICLE :  Zoom: console de mixage tactile et numérique Pioneer DJM-2000

effets audio pour DJ

Quelques effets populaires qui modifient la nature des sons ou des échantillons sonores :

REVERB : Réflexions successives du son sur les parois d’une pièce. Le temps de réverbération symbolise le temps que met l’effet à s’éteindre. On peut obtenir un effet de type différent selon les réglages : Hall large ou hangar, église.

ECHO : Cet effet bien connu se caractérise par le rapport de délai entre le temps ou le son est joué et celui où il est reproduit à l’oreille. Le son est échantillonné puis réinjecté avec un certain retard dans l’entrée de l’effet. On peut régler la durée de l’écho et le retour c’est-à-dire le pourcentage réinjecté (feedback) qui détermine le nombre de répétitions et l’atténuation graduelle.

BOUCLE/LOOP : Une boucle est une séquence musicale répétée sans cesse (en boucle) au sein d’un morceau. C’est la partie d’une séquence musicale ou d’une onde qui est répétée plusieurs fois et qui permet ainsi de la faire durer artificiellement, plus longtemps que l’extrait original.

BUBBLE : C’est un effet qui simule la technique « bubble scratch »

DELAY : Il s’agit d’un effet audio basé sur le principe de la chambre d’écho. Il permet de décaler un signal dans le temps entre son arrivée à l’entrée du -Delay- et sa sortie, puis de le répéter régulièrement comme un effet d’écho.

FILTERS/FILTRES : Effet appliqué sur les niveaux low, middle, high. On peut couper les basses avec un passe-haut ou couper les aigus avec un passe-bas pour y ajouter un extrait accapella

FLANGER : C’est un effet sonore obtenu en additionnant au signal d’origine ce même signal mais légèrement retardé. Ce retard fixe est modulé par un générateur d’oscillation très basse fréquence (LFO) qui permet de commander des modulations lentes et périodiques sur un signal sonore, variant périodiquement à une fréquence de quelques hertz.

JET : La durée de retard du son est changée à la demande et un bref retard est mixé au son de la lecture du morceau cours ce qui produit une interférence entre les deux sons et provoque un effet sonore comparable à celui d’un avion à réaction.

SCRATCH : Superposition de deux sources identiques en décalant leur reproduction. En réglant la vitesse de modulation et la profondeur de l’effet, on agit sur la désynchronisation des deux sources et la hauteur tonale.

TRANS : Ceci produit un effet comparable à une sourdine temporaire du son par le fondu croisé du mixeur.

ROLL : Effet qui simule une boucle

Vidéo et Audio d’effets pour le cinéma (rendu visuel et sonore) –      Le Motion Picture Sound System: Durée 4 min 50

Utiliser un effet audio numérique lors d'un DJ Set, un enchaînement audio ou le Mix DJ Note : ★★★★☆ 4.4 based on 7 reviews
5 1